Michèle Lamy Montage of a Dream Deferred

September 10, 2017

After nine years and 45 exhibitions, Red Bull Space Paris is moving to new digs – but not before ceding the floor to an exceptional woman, Michèle Lamy, for one last event. The collaborative and protean sound installation, to be shown during RBMA Festival Paris, will be our farewell to Rue du Mail. (French version below)

As one of fashion's last true eccentrics, Lamy needs no introduction. Over the course of their 27-year partnership, she and husband Rick Owens have been essential in bringing radicality back into the fashion limelight.

At 1,600 years of age (as she likes to repeat,) she remains a fantastical figure, with her jewel-encrusted gold teeth, black-tipped fingers studded with esoteric rings, and trademark “third eye” highlighting her own – steel-blue – eyes. A veritable creature of her own making, she is a cross between witch, shaman and gypsy, all the while maintaining one foot in the world of art, another in fashion, one hand in design and another in architecture – her head swirling with music.

Ripped out of her bucolic Jura upbringing by the May 68 upheaval, the student of Deleuze soon embarked on a myriad of adventures. After stints as a law student, stripper, performer and (conventional) dancer, she left France at the dawn of the 1970s for the United States, drawn by its counter-culture like a moth to a flame: “I was fascinated by American music, literature, and culture. I was in love with Bob Dylan and his unusual phrasing, his way of using language,” she recalls. “Either way, French culture, for me, ended with Proust. It was American literature and music that raised me. I went from May 68 to Studio 54!” Her California dreaming of a bohemian life, surrounded by her idols, like transgender provocateur Vaginal Davis, or fashion freak Leigh Bowery, quickly became a one-way ticket for L.A., where she set up her own fashion line, LAMY, alongside a restaurant, "Les Deux Cafés," located in a former Las Palmas parking lot, with its kitchen across the street – providing a de-facto spectacle in the form of its waiters crossing the street to serve their clients.

The Café provided Los Angeles with its much-needed push into renewed relevance, drawing in a high-and-low crowd ranging from the most exotic freaks of the 90s underground to Madonna (who stopped in to celebrate a Grammy win,) and Sharon Stone, who regaled guests with impromptu musical numbers. Yet “Les Deux Cafés” was also home to a cabaret, where everything became possible, and where Michèle would satisfy her other, more secret passion for music: “It was [70s LGBT figurehead] Hélène Hazera who made everything click for me when I was hanging out with her and the rest of the Gazolines gang in the 70s,” recalls Michèle. “She told me my voice sounded like Marianne Oswald's. She played me one of the singer's songs, which was written for her on the back of a napkin by Langston Hughes. That's how I discovered this sublime poet.” Hughes, the charismatic gay poet who has been a central figure of the 1920s Harlem Renaissance, has haunted Lamy ever since, prompting her to keep his poetry vital with her own musical adaptations.

Under the masterful direction of Bobby Woods, the Deux Cafés Cabaret quickly became a den of possibility – and extremes. “Our band was called the Deux Love Orchestra, a sort of house band to the restaurant,” explains Bobby. “Our weekend shows, which eventually became a weekly packed-house kind of affair, would go on into the early morning, and feature lots of renowned surprise guests. Larry Klein, who won a bunch of Grammys, was part of the band, and his ex-wife Joni Mitchell stopped by to sing a few times, as did Boy George. It was incredible, a hot mess – one time, a bunch of lambs even joined the party! But the highlight was always Michèle's performance. Her smoky voice converged with the lyrics and poetry to create a surreal atmosphere, and the whole audience was subjugated. We recorded a number of LPs, some of them live from the Cabaret. At the time, Michèle and Rick lived in his apartment across the street, which only had a toaster for a kitchen – so all dinners where toast-based. Rick started having runway shows in the Cabaret, with the Deux Love Orchestra providing the soundtrack as the models worked the catwalk.”

In 2003, Lamy would turn the page on her L.A. adventure and move to Paris with Owens, who remains one of the fashion's capital most audacious figures. The couple moved into the “Palais,” an immense town house just a stone's throw from the National Assembly, that was once the property of the Socialist Party. The unreal palace was designed, decorated and organized from floor to ceiling as per the couple's wishes: raw concrete walls left bare or covered in artwork, African busts and brutalist furniture – and, of course, a pulsating electronic soundtrack. Thus opened a new chapter in Lamy's life, which she would summarize with grace in an Oyster Magazine interview: “In my twenties, I wanted to escape my rich provincial upbringing, so I abandoned studies as a defence attorney to striptease. I was involved in the May, 1968 protests in Paris, and in the early seventies I wanted to be Bob Dylan. My thirties were spent living the Californian Dream surrounded by artists, and giving birth to my daughter Scarlett Rouge. My forties were an entrepreneurial era in Los Angeles where I met my honey, Rick Owens, and I will spend my fifties enjoying life with him.”

Over the last decade, Michèle, who listens only to electronic music and hip-hop, has become a muse for some of today's most brilliant musicians. She thus collaborated with artist Matthew Stone and gay rapper Zebra Katz for one of Owens' shows; was featured as an unnaturally magnetic figure in the video for FKA Twigs' M3LL155X; commissioned food-based music from UNKLE's James Lavelle for her Bargenale multimedia installation at the 2015 Venice Biennale; shared a passion for boxing with Mos Def; got involved in the creative process of A$AP Rocky's “At. Long. Last. A$AP” – even if she regrettably failed to put him in a dress; she scored hip-hop darling Dexter Navy's “Paris Now – Saint” short for Red Bull Music Academy; guested on Tangiers’ latest “Black Asteroid”; produced and starred in the video for Christeene's “Butt Muscle”. And of course, she counts Kanye West as one of her die-hard fans: “we get along famously,” she laughs. “He thinks he's white, and I think I'm black!”

The renaissance woman/modern-day muse could not refuse Red Bull Studios Paris invitation to record a score for her installation “Montage of a Dream Deferred,” which she created as a living homage to Langston Hughes. “But I am not a singer, or a musician, or a composer. Music for me is a meeting of the minds, a matter of performance, collaboration – and whimsy,” claims Michèle. “So, I jumped at the opportunity to take part in this project, without really having an idea of what I would do. At the same time, the contemporary artist Nico Vascellari invited me to collaborate with him on his Scholomance show at the Palais de Tokyo. That's how the idea for this collaboration took shape.”

It was thus in the intimate atmosphere of Red Bull Studios Paris that the Lavascar project was born: eight tracks full of brutal percussion and industrial soundscapes amid which Michèle's voice, all the way to her demonic laughter, takes on a new spatiality: “Michèle gave me her full support and trust,” says Vascellari, “and I told her I wanted to work with her on something very primitive and intuitive, based on rhythm and vocals, which, in a way, are humanity's first instruments. But I also wanted to try and capture what is inexpressible about her, her incredible presence and magnetism. As she moved and danced in the studio, her rings and jewelry would knock against each other, and I felt it necessary to document and record this energy. Now, when I listen to these eight tracks, the image that comes to mind is of Michèle in a cave, surrounded by wild animals raring to eat her alive, and with only her noise and her poetry to keep them at bay.”

Montage of a Dream Deferred, an exhibition and recording by Michèle Lamy, in collaboration with Nico Vascellari, Matthew Stone, Matt Lambert, Scarlett Rouge. Limited edition vinyl (500 copies,) available at the opening.

From september 25th to october 20th
Opening reception september 25th 6pm-9pm
​Red Bull Space Paris, 12 rue du Mail, 75002 Paris

French version

Après 9 ans d’existence et 45 expositions, le Red Bull Space Paris quitte la rue du Mail en laissant les clés à une femme puissante, Michèle Lamy, pour un projet sonore, collaboratif et protéiforme, dans le cadre du RBMA Festival Paris.

On ne présente plus Michèle Lamy, une des dernières et véritables figures excentriques de la mode, connue pour être à la fois la femme, la muse et la collaboratrice depuis plus de 27 ans de Rick Owens, le designer mode célèbre pour avoir rendu la radicalité à nouveau désirable.

Michèle Lamy et ses dents en or serties de pierres précieuses, ses doigts aux extrémités plongées dans la teinture noire ceinturés de nombreuses bagues ésotériques, son trait de maquillage noir et vertical qui lui barre le front comme pour mieux faire ressortir ses yeux bleus perçants. Michèle Lamy donc, 1600 ans d’âge comme elle aime à le répéter, personnage fantasque et magique, idéalement à l’intersection entre la sorcière, la chamane et la gitane… Une créature multiple, un pied dans l’art, l’autre dans la mode, une main dans le design, l’autre dans l’architecture, et la tête perdue dans la musique.

Née et élevée dans les Ardennes, révélée à la complexité du monde par mai 68 et Gilles Deleuze dont elle fut l’élève, Michèle a été très tôt de toutes les aventures. Tour à tour étudiante en droit, stripteaseuse, performeuse et danseuse, elle quitte la France, aux débuts des années 70’s, attirée par la contre-culture américaine comme un papillon dans les phares d’une voiture. « J’étais troublée par la musique, la littérature, la culture américaine, j’étais amoureuse de Bob Dylan et son phrasé si particulier, cette façon de poser les mots, se souvient-elle, de toute manière, pour moi la culture française quelque part s’est arrêtée avec Proust, c’est la littérature et la musique américaine qui m’ont nourrie. En fait, je suis passée directement de mai 68 au Studio 54 ! » Elle rêve de mener de front le rêve d’une bohême à la californienne entourée d’artistes qu’elle vénère comme la provoc et transsexuelle Vaginal Davies ou le freak de la mode Leigh Bowery. Ni une, ni deux, sa décision prendra la forme d’un aller simple pour la Californie.

Installée à Los Angeles, Michèle se lance dans le stylisme en créant LAMY, sa propre marque, puis ouvre parallèlement, dans un ancien parking situé dans le quartier de Las Palmas, « Les Deux Cafés ». Un restaurant dont la cuisine se trouve de l’autre côté de la rue et dont le ballet des serveurs qui traversent la route pour servir les clients est déjà un spectacle en soi. Dans les années 90, ce temple de l’underground va devenir le haut lieu du renouveau de Los Angeles et accueillir toute la faune hip et chic de la ville, des freaks les plus exotiques à Madonna qui y fête un Grammy en passant par Sharon Stone qui y pousse la chansonnette. Mais « Les Deux Cafés » accueille aussi un cabaret, lieu de tous les possibles, où Michèle va assouvir une autre de ses passions, plus secrète mais vitale : la musique. « C’est Hélène Hazera (figure militante du mouvement gay et lesbien des 70, NDLR) qui a été le déclic, raconte Michèle, quand je traînais avec elle et toute la bande des Gazolines aux débuts des années 70. C’est elle qui m’a dit un jour que ma voix ressemblait à celle de la chanteuse Marianne Oswald et elle m’a fait écouter cette chanson dont les paroles avaient été offertes à Marianne, et griffonnées sur un coin de table, par Langston Hughes. C’est comme ça que j’ai découvert ce sublime poète qui ne m’a plus quitté depuis. » Langston Hughes, poète black et homosexuel, figure charismatique de ce qu’on a appelé le renouveau de Harlem dans les années 20, et qui n’a depuis cessé de hanter Michèle qui en le mettant en musique lui offre une nouvelle lecture et une insolente jeunesse.

Drivé de main de maître par le musicien Bobby Woods, le cabaret installé au cœur de « Les deux Cafés » devient rapidement le lieu de tous les possibles et tous les extrêmes. « Notre groupe s’appelait Les Deux Love Orchestra, explique Bobby, et c’était évidemment une référence au restaurant. On y faisait des shows tous les week-ends qui, au fur et à mesure, sont devenus très populaires. C’était tout le temps plein, ça durait jusqu’au petit matin avec beaucoup d’invités surprise de renom Larry Klein, qui a remporté plusieurs Grammy, faisait partie du groupe, son ex-femme, Joni Mitchell est venu chanter plusieurs fois, Boy George aussi. C’était incroyable, le bordel total, je me souviens d’une fois où des moutons se sont invités dans la fête ! Mais évidemment le clou du spectacle, c’étaient les performances de Michèle. Sa voix de fumeuse, les paroles et la poésie, créaient une ambiance surréaliste, le public était hypnotisé. On a enregistré avec cette formation plusieurs disques, certains en direct du cabaret. A cette époque, Michèle et Rick habitaient de l’autre côté de la rue dans l’appartement de Rick où il n’y avait pas de cuisine mais juste un grille-pain et donc les diners étaient à base de toasts. Rapidement Rick a organisé ses défilés dans le cabaret, et pendant que les modèles défilaient on s’occupait avec Les Deux Love Orchestra de la bande son du show. »

En 2003, Michèle Lamy met fin à cette folle aventure et suit Rick Owens, dont le talent ne cesse de s’afficher de manière insolente, à Paris. Le couple s’installe au “Palais“, un immense hôtel particulier situé derrière l’assemblée nationale et qui a un temps appartenu au Parti socialiste. Un palais irréel où du sol au plafond, des murs aux étages, tout est organisé, dessiné et décoré selon les fantasmes du duo : béton brut, œuvres d’artistes à même les murs, collection de bustes africains, mobilier brutaliste, et électro en boucle. Une nouvelle étape commence pour Michèle Lamy, une aventure qu’elle résumait élégamment dans le magazine Oyster : « Dans ma vingtaine, je cherchais à échapper à mon héritage bourgeois et provincial, j’ai abandonné mes études d’avocate pour me lancer dans le strip-tease. Aux débuts des 70’s je voulais devenir Bob Dylan. J’ai vécu le rêve californien dans ma trentaine entourée d’artistes et j’ai donné vie à ma fille Scarlett Rouge. Pour ma quarantaine je suis devenue une business woman à Los Angeles où j’ai rencontré Rick Owens, et je vais passer ma cinquantaine à ses côtés à profiter de la vie. »

Depuis une dizaine d’années Michèle, qui n’écoute que du hip-hop ou de l’électro, est devenue ainsi une égérie musicale courtisée par les plus brillants des artistes d’aujourd’hui. Elle s’est retrouvée à collaborer avec l’artiste Matthew Stone et le rappeur gay Zebra Katz pour un des défilés de Rick Owens, elle apparaît hors-norme et magnétique dans le clip du morceau « M3LL155X » de FKA Twigs, elle a fait composer de la musique à base de nourriture à James Lavelle du collectif UNKLE lors de l’installation multimédia Bargenale qu’elle a conçue pour la Biennale de Venise il y a deux ans, elle partage une passion sans bornes pour la boxe avec Mos Def, participé au processus créatif de la pochette de l’album « At. Long. Last. A$AP » d’A$AP Rocky même si elle regrette de n’avoir pas réussi à le faire poser en robe, elle a réalisé à la demande de la Red Bull Music Academy la musique du court « Paris Now – Saint » réalisé par Dexter Navy, le réalisateur chéri de la scène hip-hop, le groupe Tangiers vient de l’inviter sur leur dernier titre « Black Asteroid », elle a produit et apparaît dans le sulfureux clip « Butt Muscle » (et sa collection de déviances sexuelles) de Christeene et Kanye West ne jure désormais plus que par elle (« On s’entend à merveille, rigole Michèle, il pense qu’il est blanc et moi je crois que je suis noire ! » )

Touche à tout de génie, muse contemporaine, créature hautement fantasmatique, figure incontournable, Michèle ne pouvait refuser la proposition du Red Bull Studios Paris (dans le cadre de la deuxième édition du RBMA Festival Paris) d’enregistrer un disque pensé comme la bande son de l’exposition « Montage of a dream deferred » qu’elle a conçu comme un hommage vibrant à Langston Hughes. « Je ne suis ni chanteuse, ni musicienne, ni compositrice, pour moi la musique c’est avant tout une histoire de rencontres, de performance, de collaborations et de désirs, déclare Michèle, j’ai donc tout de suite accepté cette proposition sans avoir la moindre idée de ce que j’allais faire. Et au même moment, l’artiste contemporain Nico Vascellari m’a convié à intervenir dans le cadre de Scholomance son exposition au Palais de Tokyo. C’est ainsi que l’idée de la collaboration a pris forme. »

C’est donc dans l’univers feutré du Red Bull Studios Paris, que le projet Lavascar est né en forme de huit titres emplis de percussions brutes et de sonorités industrielles où la voix de Michèle, jusqu’à son rire diabolique, s’offre une nouvelle spatialité. « Michèle m’a donné son entière confiance, explique Nico Vascellari, je lui ai dit que je souhaitais travailler avec elle sur quelque chose de très primitif et intuitif basé essentiellement sur les rythmes et la voix, qui sont d’une certaine manière les premiers instruments de l’humanité. Mais je cherchais aussi à capter ce qui est indicible chez elle, cette présence incroyable qu’elle exerce sur les gens. Elle se déplaçait en dansant, ses bagues et ses bijoux s’entrechoquaient, il fallait rendre compte de toute cette énergie, réussir à l’enregistrer. En fait avec le recul, ce disque et ses huit titres me font penser à Michèle dans une grotte entourée d’animaux sauvages prêts à la dévorer et la seule manière qu’elle a trouvé pour les éloigner c’est de faire du bruit en tapant sur des objets et en déclamant de la poésie. »

Montage of a Dream deferred, une exposition et un disque de Michèle Lamy avec la collaboration de Nico Vascellari, Matthew Stone, Matt Lambert, Scarlett Rouge.

Du 25 septembre au 20 octobre 2017
Vernissage le lundi 25 septembre de 18h à 21h
Red Bull Space Paris, 12 rue du Mail, 75002 Paris

Disque vinyle en édition limitée à 500 exemplaires, disponible au vernissage de l’exposition.

MORE INFOS
RBMA Festival Paris : https://paris.redbullmusicacademy.com
Red Bull Space Paris : www.12mail.fr

CONTACTS
Red Bull Space Paris / Guillaume Sorge : infos@12mail.fr
​Communication Red Bull / Xavier Paufichet : xavier.paufichet@fr.redbull.com